Voulez-vous plus de trafic de recherche organique sur votre site ?

Je suis prêt à parier que la réponse est oui – nous le voulons tous !

Le trafic de recherche organique est essentiel à la croissance de votre site Web et de votre entreprise.

En fait, il représente en moyenne plus de la moitié de l’ensemble du trafic sur les sites, contre 5% à peine des réseaux sociaux.

Selon certaines recherches, environ 33% du trafic de votre site peut être attribué à la recherche naturelle, alors que d’autres affirment qu’il peut atteindre 64% de votre trafic.

Mais les statistiques importent peu si votre site ne figure pas du tout dans les résultats de recherche.

Comment vous faites pour que votre nouveau site ou blog soit indexé par Google, Bing et d’autres moteurs de recherche ?

Eh bien, vous avez deux choix.

Vous pouvez adopter l’approche «tortue» – attendez que cela se produise naturellement, mais cela peut prendre des semaines, voire des mois.

Croyez-moi, je suis déjà passé par là – pas amusant.

Ou vous pouvez y arriver maintenant, en vous donnant plus de temps et d’énergie pour augmenter votre taux de conversion, améliorer votre présence sociale – et, bien sûr, écrire et promouvoir un contenu intéressant et de qualité.

Je ne vous connais pas, mais je préfère que mes sites soient indexés le plus rapidement possible car cela me laisse plus de temps pour développer mon audience.

Restez dans les parages, parce que je vais vous raconter tout ce que j’ai appris sur le référencement et comment indexer rapidement votre site Web dans ce guide étape par étape !

Sommaire :

Pourquoi avez-vous besoin d’indexer votre site ?
Quels sont donc les facteurs d’indexation importants ?
Étape 1 : Mon site est-il déjà indexé ?
Étape 2 : Installer et configurer Google Analytics & Search Console
Étape 3 : Créer une stratégie de marketing de contenu
Étape 4 : Commencer à bloguer
Étape 5 : Utilisez des liens internes sur votre site Web
Étape 6 : Promouvoir le partage social de votre contenu
Étape 7 : Ajoutez un plugin Sitemap pour que Google indexe votre site
Étape 8 : Soumettre un Sitemap à Search Console
Étape 9 : Créer des canaux de médias sociaux
Étape 10 : Utilisez le fichier robots.txt
Étape 11 : Indexez votre site avec d’autres moteurs de recherche
Étape 12 : Partagez votre contenu sur des agrégateurs
Étape 13 : Partagez le lien de votre site Web PARTOUT
Étape 14 : Configurer un flux RSS
Étape 15 : Soumettez votre site Web aux annuaires
Étape 16 : Recherchez fréquemment les erreurs d’analyse Google
[BONUS] Étape 17 : Les pages qui ne doivent pas être indexées et comment s’assurer qu’elle ne le soient pas

Je vais vous expliquer comment indexer votre site rapidement, ce qui vous apportera plus de trafic de recherche organique et un meilleur classement.

Commençons !

 

Pourquoi avez-vous besoin d’indexer votre site ?

Tout d’abord, la réponse est évidente.

Si vous souhaitez que votre site apparaisse dans les résultats de la recherche, il doit être indexé.

Cependant, vous ne souhaitez pas que votre site soit indexé une seule fois. Vous voulez que les moteurs de recherche continuent à réindexer votre site.

Les moteurs de recherche tels que Google ne se mettent pas à jour automatiquement.

Ils s’appuient sur des araignées – de petits bouts de code informatique que chaque moteur de recherche envoie pour «explorer» le Web (d’où le terme «araignée»).

Vous voulez un taux de crawl efficace et fréquent.

Le travail de l’araignée consiste à rechercher de nouvelles informations sur le Web et à mettre à jour la version de votre site déjà indexée.

Ce «nouveau contenu» peut être une nouvelle page sur un site existant, une modification d’une page existante ou un tout nouveau site ou blog.

Une fois que l’araignée a trouvé un nouveau site ou une nouvelle page, elle doit savoir en quoi consiste ce nouveau site ou cette nouvelle page.

Au prémices de l’Internet, les robots des moteurs de recherche n’étaient pas aussi intelligents qu’ils le sont aujourd’hui.

Vous pouviez forcer une araignée à indexer et à classer votre page en fonction du nombre de fois qu’un mot-clé est apparue sur la page.

Pour un référencement efficace, vous ne pouvez pas compter sur ces stratégies d’optimisation des moteurs de recherche classiques.

Et le mot clé ne devait même pas obligatoirement figurer dans le corps même de la page.

De nombreuses personnes se sont classées sous le nom de marque de leur plus gros concurrent simplement en fourrant des dizaines de variantes de ce nom dans les méta-tags d’une page !

Heureusement pour les utilisateurs de recherche Google et les propriétaires de sites Web éthiques, ces jours sont révolus.

Aujourd’hui, le bourrage de mots-clés et de balises méta vous pénalisera et ne sera pas récompensé. Et les balises meta mot-clé ne font pas vraiment partie de l’algorithme (bien qu’il y ait encore de bonnes raisons de les utiliser).

Si vous ne faites pas attention, votre site peut être totalement exclu de l’index, ce qui signifie que votre site ne sera pas classé comme mot clé.

De nos jours, Google s’intéresse beaucoup plus à l’expérience globale de l’utilisateur sur votre site et à l’intention de l’utilisateur à l’origine de la recherche : l’utilisateur souhaite-t-il acheter quelque chose (intention commerciale) ou apprendre quelque chose (intention d’information) ?

Ne vous méprenez pas, les mots clés importent toujours. D’autres facteurs sont également importants – jusqu’à 200 au total, selon Brian Dean de Backlinko. Celles-ci incluent des éléments tels que des liens entrants de qualité, des signaux sociaux (mais pas directement) et un code valide sur toutes vos pages.

Mais rien de tout cela n’aura d’importance si les araignées ne peuvent pas dire aux moteurs de recherche que vos pages sont là en premier lieu, ce qui signifie qu’elles ne figureront pas dans les résultats de recherche.

Et c’est pourquoi l’indexation est si importante.

En termes simples, l’indexation est le moyen utilisé par l’araignée pour collecter et traiter toutes les données des pages et des sites au cours de son exploration du Web.

L’indexation fréquente améliore vos résultats de recherche.

L’araignée note les nouveaux documents et les modifications, qui sont ensuite ajoutés à l’index de recherche maintenu par Google. Ces pages ne sont ajoutées que si elles contiennent un contenu de qualité et ne déclenchent pas d’alarmes en effectuant des tâches sournoises, telles que le bourrage de mots clés ou la création de nombreux liens à partir de sources non fiables.

Lorsque l’araignée constate un changement sur votre site Web, elle traite à la fois le contenu (texte) de la page et les emplacements de la page où les termes de recherche sont placés. Il analyse également les balises title, balises meta et alt pour les images.

Cette araignée ajoute ensuite, ou «indexe» ce contenu dans Google.

C’est l’indexation en un mot. C’est un outil essentiel pour les webmasters.

Lorsqu’un utilisateur cherche des informations en tapant des mots-clés, l’algorithme de Google se met au travail. L’algorithme décide ensuite où classer une page par rapport à toutes les autres pages associées à ces mots clés.

La fréquence à laquelle votre site est indexé peut affecter vos performances dans les résultats de recherche. Vous voulez vous assurer que votre dernier contenu est toujours disponible pour les personnes qui effectuent des recherches et les robots de Google.

C’est la version courte et quelque peu simplifiée de la façon dont Google recherche, analyse et indexe de nouveaux sites comme le vôtre. De nombreux autres moteurs de recherche, tels que Bing ou Yahoo, suivent des procédures similaires, bien qu’il puisse y avoir des variations dans les détails, chacun ayant son propre algorithme.

 

Quels sont donc les facteurs d’indexation importants ?

Vous voulez un indice efficace pour votre site web.

Cela signifie que vous voulez que les robots des moteurs de recherche trouvent votre nouveau contenu le plus rapidement possible après avoir cliqué sur publier.

Vous pouvez vérifier la fréquence à laquelle Google analyse vos pages en vous connectant à Search Console.

Pas encore configuré avec Google Search Console ? Passez à l’étape 2 pour savoir comment configurer votre site Web.

Dans la console de recherche, cliquez sur votre site Web. Cliquez ensuite sur Exploration -> Statistiques d’exploration.

Statistiques d'exploration Google

Le premier graphique – le bleu – indique la fréquence à laquelle Google analyse votre site.

« Pages explorées par jour » – indique la fréquence à laquelle Google explore mon site chaque jour.

En règle générale, plus on grimpe, mieux c’est.

Dans certains cas, cependant, une trop grande analyse peut surcharger les ressources de votre serveur.

Il s’agit généralement d’une mauvaise configuration du serveur plutôt que d’un problème avec les araignées de Google.

C’est très rare, alors vous n’aurez probablement pas à vous inquiéter à ce sujet. Google vous permet de modifier le taux d’analyse (uniquement vers le bas, pas vers le haut) si cela vous arrive.

Alors, qu’est-ce que j’ai fait pour augmenter mon taux de crawl ?

Ces dernières années, j’ai beaucoup publié et mis à jour des contenus plus anciens. Google souhaite donc que toutes mes mises à jour et modifications soient aussi rapides que possible. Il apprend à vérifier avec moi plus souvent.

En avril, je suis également passé à un nouvel hébergeur beaucoup plus rapide que mon ancien. Vous pouvez voir dans le tableau vert ci-dessus que le temps de chargement de mon site Web a considérablement diminué depuis mars.

Plus votre site se charge rapidement, plus vite Google peut entrer et l’indexer !

Google souhaite recommander les meilleurs sites Web à ses utilisateurs. Il recherche des sites offrant une bonne expérience utilisateur. Bien que cela inclue de nombreux facteurs, la qualité du contenu et la vitesse de chargement du site revêtent une importance capitale.

Pour le dire simplement :

Site plus rapide = meilleure expérience utilisateur.

Meilleure expérience utilisateur = classement plus élevé des résultats de recherche.

Le nombre de pages indexées par Google est plus important que la fréquence à laquelle Google indexe votre site. Vous voulez vous assurer que le plus grand nombre possible de pages de votre site sont indexées.

Ne vous inquiétez pas, votre sitemap prendra soin de cela, ce que je couvrirai en détail à l’étape 7.

Mais commençons par le début. Les 18 étapes suivantes vous guideront à travers tout ce que vous devez savoir pour que votre site Web soit indexé.

Vous n’avez pas nécessairement besoin de suivre les 18 étapes pour avoir un site Web bien indexé, mais si vous vous demandez comment vous positionner mieux dans Google, c’est le seul guide dont vous aurez besoin !

 

Étape 1 : Mon site est-il déjà indexé ?

Sauf si vous démarrez un tout nouveau site, votre site est probablement déjà indexé.

Si vous n’êtes pas sûr, voici comment le savoir.

Le moyen le plus simple de vérifier cela est de rechercher le site: votredomaine.com dans Google. Si Google sait que votre site existe et qu’il l’a déjà exploré, une liste de résultats similaire à celle de seolabs.io apparaît dans la capture d’écran ci-dessous :

Rechercher son site sur Google

Si Google n’a pas encore trouvé votre site, vous n’obtiendrez aucun résultat, semblable à ceci :

Recherche sans résultats

 

Si votre site est déjà indexé, c’est génial, mais des améliorations sont possibles. Le reste des étapes de ce guide vous aidera à vous assurer que votre site est indexé à son plein potentiel.

 

Étape 2 : Installer et configurer Google Analytics & Search Console

Si vous ne connaissez pas déjà ces outils Google gratuits, voici un bref résumé.

Google Analytics : Mesure les statistiques relatives à votre site Web, telles que les visiteurs, le temps passé sur le site, les pages consultées, leur origine, etc…

Console de recherche Google (anciennement Google Webmaster Tools) : Vous permet de surveiller différents aspects de votre site Web, comme la dernière exploration, les erreurs d’indexation, les problèmes de sécurité, etc…

La console de recherche vous permet également de gérer certains aspects essentiels de votre affichage dans les résultats de recherche et de soumettre manuellement des sitemaps – je traiterai de tout cela plus tard dans cet article.

Mais d’abord, mettons-nous en route.

Si vous possédez déjà Google Analytics et la console de recherche, cliquez ici pour passer à l’étape 3 : Créer une stratégie de marketing de contenu.

Pour configurer Google Analytics, cliquez ici et connectez-vous avec votre compte Google.

Il s’agit de votre adresse e-mail @ gmail.com ou de votre adresse e-mail @ mondomaine.com si vous utilisez le service G Suite de Google.

Une fois que vous êtes dedans, vous verrez cet écran. Cliquez sur Inscription.

Entrez le nom et l’URL de votre site Web, puis cliquez sur Obtenir l’ID de suivi en bas de la page.

Vous verrez une page comme celle-ci. Ne paniquez pas !

Il existe plusieurs façons d’installer Google Analytics sur votre site Web.

Si vous utilisez WordPress ou un autre système de gestion de contenu qui vous demande votre identifiant de suivi Google Analytics, vous avez simplement besoin du numéro tout en haut.

Le plugin WordPress Google Analytics de MonsterInsights est vraiment facile à configurer.

Il suffit de le télécharger, de le téléverser dans WordPress, de l’activer et vous verrez cet écran.

Appuyez sur le bouton bleu «Authentifier» et le guide vous indiquera les étapes à suivre.

Pour configurer le plug-in, vous devez déjà avoir créé un profil Analytics, ce que nous avons fait à l’étape précédente.

Si vous n’utilisez pas WordPress ou souhaitez ajouter votre code Analytics manuellement, voici comment procéder.

Vous devez mettre ce code (dans la zone rouge) sur chacune des pages de votre site Web.

Pour ce faire, le moyen le plus simple consiste à créer un fichier contenant le code, puis à créer une ligne de code sur chacune des pages de votre site Web contenant ce fichier.

Facile, non ?

Ne vous inquiétez pas, voici comment faire !

Pour cette étape, vous devez pouvoir accéder aux fichiers de votre site Web sur le serveur de votre société d’hébergement Web. Cela se fait généralement via FTP.

Ouvrez votre client FTP (FileZilla est un excellent logiciel gratuit) et connectez-vous à votre serveur. Si vous ne disposez pas de ces informations, vous pouvez créer un compte FTP dans le cPanel de votre hôte Web ou simplement contacter votre hébergeur Web pour lui demander ces informations.

Une fois que vous êtes connecté, vous verrez une liste de fichiers et de dossiers de ce type.

Ouvrez un nouveau fichier texte (Notepad pour Windows ou TextEdit pour Mac conviennent bien). Assurez-vous qu’il est réglé sur Texte brut seulement.

Dans TextEdit, vous cliquez sur Format -> Rendre le texte brut pour le faire.

Ceci est très important car les traitements de texte tels que Word peuvent ajouter une mise en forme au code qui peut gâcher le codage de votre site. Lorsque vous travaillez avec du code, utilisez toujours du texte brut.

Une fois que vous avez votre document en texte brut, collez le code Google Analytics. Vous allez vous retrouver avec ceci :

Enregistrez votre fichier sous le nom analyticstracking.php. Assurez-vous qu’il porte l’extension .php et non .txt.

Si votre éditeur de texte l’a enregistré sous le nom «analyticstracking.php.txt» pour une raison quelconque, renommez simplement le fichier sur votre ordinateur en «analyticstracking.php».

Téléchargez ce fichier dans votre répertoire racine via FTP (le premier dossier de votre site Web).

Vous devez ajouter une ligne de code pour chaque modèle de page que vous avez. Cela « appelle » le fichier que nous venons de créer et garantit que chaque page de votre site Web utilisant ce modèle est suivie dans Google Analytics.

Pour ce faire, téléchargez tous les fichiers de modèle php de votre site Web et modifiez-les.

Si vous avez un fichier nommé header.php qui se charge sur chaque page, il vous suffit de le faire une fois !

Téléchargez header.php.

Ensuite, ouvrez le fichier téléchargé dans votre éditeur de texte.

Recherchez la balise < head> et le début de <body>, comme ceci :

Insérez une ligne de code juste après la balise <body>.

Copiez ce code: <? Php include_once (“analyticstracking.php”)?>

Et collez-le ici:

Enregistrez votre fichier header.php et transférez-le sur votre site Web.

Terminé !

Si vous n’avez pas de fichier header.php, vous devez répéter ce processus pour chaque modèle de page .php que vous avez sur votre site Web, comme index.php, blog.php, etc…

Si vous utilisez WordPress, vous avez définitivement un avantage. Tout ce que vous avez à faire est d’installer un plugin.

Très bien, encore une chose à configurer et nous passerons à l’étape 3.

Maintenant que Google Analytics est configuré, il est temps d’ajouter notre site Web à Google Search Console (anciennement Google Webmaster Tools).

Cliquez ici pour accéder à la console de recherche. Connectez-vous avec votre compte Google.

Tapez l’URL de votre site Web.

Vous devrez ensuite vérifier que vous êtes propriétaire de ce domaine. Il y a quelques façons de le faire.

Par défaut, une option de vérification peut être affichée via votre hôte Web.

Cliquez sur le menu déroulant pour trouver votre fournisseur de nom de domaine.

Si le vôtre ne figure pas dans la liste, vous pouvez appuyer sur Autre (en bas).

Search Console vous demande ensuite de créer un enregistrement TXT, ce qui implique une modification de votre configuration de domaine.

Est-ce un peu compliqué pour vous ? Ne vous inquiétez pas, j’ai un méthode beaucoup plus simple !

Si vous souhaitez néanmoins ajouter un enregistrement TXT, voici comment procéder.

Cliquez sur Autres méthodes en haut.

Il existe deux moyens simples de vérifier votre domaine : avec Google Analytics ou via un téléchargement de fichier HTML.

Je vais vous montrer les deux.

Pour vérifier avec Google Analytics, sélectionnez-le et cliquez sur Vérifier.

Google vérifiera votre compte Google Analytics pour vous assurer que vous êtes bien le propriétaire de votre site Web, si tel est votre cas, vous verrez un message de réussite. Assurez-vous que vous utilisez le même compte Google avec la console de recherche que vous utilisez avec Google Analytics.

Le processus est toujours assez facile avec la méthode d’envoi de fichier HTML.

Cliquez sur pour télécharger le fichier sur votre ordinateur à l’étape 1, puis ouvrez à nouveau votre programme FTP. Téléchargez le fichier HTML de Google dans votre répertoire racine.

Ensuite, visitez l’URL que Google vous a donnée pour vous assurer que le fichier est bien là. Dans mon cas, il s’agit de https://seolabs.io/googlefba739b2a6dd0306.html.

Si vous l’avez téléchargé correctement, le nom de fichier apparaît dans la fenêtre de votre navigateur.

Retournez à la console de recherche et cliquez sur Vérifier en bas.

C’est tout !

Assurez-vous de laisser le fichier HTML sur votre serveur. Cela garantit que votre site Web restera vérifié avec Search Console.

Il y a deux autres choses vraiment importantes que vous devez faire maintenant :

  • Ajoutez les versions www.mondomaine.com et mondomaine.com de votre domaine.
  • Définir un domaine préféré

Pourquoi devez-vous faire cela, demandez-vous ?

Comme l’explique Google : “Si vous voyez un message indiquant que votre site n’est pas indexé, c’est peut-être parce qu’il est indexé dans un domaine différent. Par exemple, si vous recevez un message indiquant que http://example.com n’est pas indexé, vérifiez que vous avez également ajouté http://www.example.com à votre compte (ou inversement) et vérifiez les données pour ce site.”

Il est facile d’ajouter l’autre version de votre URL – répétez le même processus que je viens de vous expliquer. Dans l’exemple ci-dessus, j’ai vérifié mon domaine seolabs.io. Je voudrais donc aller dans la console de recherche et faire les mêmes étapes mais utiliser «www.seolabs.io» à la place.

Une fois que vous avez ajouté «votredomaine.com» et «www.votredomaine.com» à la console de recherche, vous devez définir le domaine préféré.

Pour ce faire, cliquez sur votre site Web dans la console de recherche.

Dans le coin supérieur droit, cliquez sur l’icône représentant un engrenage, puis sur Paramètres du site.

Sélectionnez si vous souhaitez que vos URL soient affichées avec le «www.» Ou sans.

Je vais vous montrer toutes les choses impressionnantes que vous pouvez faire avec la console de recherche plus loin dans cet article, alors laissez cet onglet ouvert !

Mais maintenant, nous devons revenir aux fondamentaux du marketing et parler de la création d’une stratégie de référencement pour votre contenu.

 

Étape 3 : Créer une stratégie de marketing de contenu

Si je ne le dis pas assez, permettez-moi de le répéter : Il est dans votre intérêt de disposer d’une stratégie de marketing de contenu écrit axée sur les résultats de recherche.

Mais ne me croyez pas sur parole.

D’après le Content Marketing Institute : «Ceux qui ont une stratégie documentée de marketing de contenu :

  • Sont beaucoup plus susceptibles de se considérer efficaces en marketing de contenu
  • Se sentent moins confronté à tous les aspects du marketing de contenu
  • Se considèrent plus efficaces dans l’utilisation de toutes les tactiques de marketing de contenu et des canaux de médias sociaux
  • Sont capables de justifier de dépenser un pourcentage plus élevé de leur budget marketing en marketing de contenu »

Toutes ces choses sont absolument vraies. Pour moi, je me sens beaucoup plus sur la bonne voie lorsque j’ai un plan d’action écrit auquel je peux me référer et qui permet de suivre mes succès.

Mes blogs et mes multiples entreprises n’auraient pas grandi aussi rapidement qu’ils ne l’avaient fait sans un plan écrit.

En plus de vous concentrer sur vos objectifs, une stratégie de contenu documentée vous aide également à indexer les pages de votre site en créant de nouvelles pages de contenu.

Selon le rapport «State of Inbound 2014» de HubSpot, les spécialistes du marketing de contenu ont déclaré que les blogs génèrent un retour sur investissement positif de 13 fois lorsqu’ils sont effectués correctement.

Et c’était il y a longtemps !

Le blogging pour les entreprises a augmenté de manière exponentielle depuis. Aujourd’hui, 33% des entreprises B2B entretiennent des blogs et 61% des consommateurs américains ont effectué un achat basé sur les recommandations d’un blogueur.

Des études plus récentes ont montré que les entreprises qui publiaient plus de 16 billets de blog chaque mois avaient environ 4,5 fois plus de prospects que celles qui publiaient de 0 à 4 articles mensuels.

Selon Alex Turnbull de GrooveHQ, bloguer correctement signifie :

Faites de votre mieux pour publier un contenu intéressant, intéressant et utile, puis faites tout ce que vous pouvez pour vous assurer que vos clients potentiels le voient.

Voici un exemple.

Lorsque je crée et publie une infographie professionnelle sur mon site et qu’elle est partagée sur une autre page Web avec un lien vers ma page, je reçois un «crédit» de marketing de contenu pour les deux publications.

Et comme il s’agit d’une infographie, je suis plus susceptible d’engager mon public sur les deux sites.

Les infographies ont l’un des taux d’engagement des lecteurs les plus élevés. Il a été prouvé que la plupart des gens passent plus de temps à regarder les infographies qu’à lire le texte de la page.

Et les infographies sont partagées sur les réseaux sociaux environ 3 fois plus que tout autre type de contenu.

Lorsque vous mettez en place votre stratégie de marketing de contenu, vous devez absolument bloguer.

Mais vous devez également prendre en compte le contenu que vous allez publier sur d’autres sites Web. Cela contribue non seulement à la croissance de votre trafic, mais également à la vitesse d’indexation et à l’obtention de liens entrants.

Voici quelques exemples de contenu hors site à intégrer à votre plan :

  • Articles sponsorisés sur d’autres sites de votre niche.
  • Communiqués de presse soumis à des sites publiant ce type de contenu.
  • Articles sur des annuaires d’articles de haute qualité (Remarque : soyez prudent, la grande majorité des annuaires d’articles n’est pas de grande qualité et peut en réalité nuire à votre marque, à votre réputation et à votre référencement.)
  • Certains annuaires réputés sont Medium, Brighthub et HubPages.
  • Vidéos hébergées sur Vimeo ou votre chaîne YouTube.

Bien entendu, tout contenu sur lequel vous mettez votre nom ou votre marque doit être de haute qualité et publié sur un site réputé et faisant autorité.

Sinon, vous annulez l’optimisation des moteurs de recherche et nuisez ainsi à votre trafic et à votre marque.

Le contenu publié sur des sites « spammés » avec un lien vers votre site suggère aux résultats de recherche Google que votre site est également spammé.

Forbes, Entrepreneur, Smashing Magazine, etc.. sont des exemples de sites réputés sur lesquels vous pouvez poster des commentaires. Ce sont des sites Web réputés pour la qualité de leur contenu, qui correspondent exactement à ce que vous souhaitez associer à votre marque.

Les mauvais endroits pour poster ? Les sites remplis d’alertes de mauvaise qualité : encombrés de publicités, de nombreuses fautes d’orthographe ou de grammaire, ou encore inconnus dans le secteur que vous essayez de cibler.

Je ne veux nommer aucun nom ici, mais votre bon sens devrait suffire à vous dire ce qu’est un site spammy. Par exemple, un site nommé «meilleursconseilsmarketing0101.tumblr.com» ne va probablement pas faire grand chose pour vous, n’est-ce pas ?

Un plan de marketing de contenu bien pensé vous évite de vous faire prendre à parti dans la course effrénée pour publier plus de contenu. Il vous place au cœur de l’optimisation des moteurs de recherche afin que vous puissiez vous concentrer sur la génération de prospects et l’augmentation de votre taux de conversion.

Créer une stratégie de contenu écrit ne doit pas être difficile.

Voici le cadre que j’utilise pour le mien :

  • Quels sont vos objectifs ? Spécifiez les objectifs SMART et la manière dont vous mesurerez vos progrès (par exemple, les mesures).
  • Qui est votre public cible ? Les profils clients ou les personnalités sont essentiels pour comprendre votre public et ce qu’ils veulent / ont besoin.
  • Quels types de contenu allez-vous produire ? Vous voulez vous assurer de fournir le type de contenu que votre public cible souhaite voir.
  • Où sera-t-il publié ? Bien sûr, vous hébergerez votre propre contenu sur votre site Web, mais vous voudrez peut-être également consulter d’autres sites ou utiliser des plateformes telles que YouTube, LinkedIn et Slideshare.
  • À quelle fréquence allez-vous publier votre contenu ? C’est bien mieux de publier chaque semaine un article bien rédigé et de qualité supérieure que de publier tous les jours pendant une semaine et de ne rien publier pendant un mois. La cohérence est la clé.
  • Quels système allez-vous adopter pour publier votre contenu ? Ce ne sont fondamentalement que des routines et des étapes répétables pour mener à bien une tâche complexe. Ils vous permettront de gagner du temps et d’écrire votre contenu plus rapidement, afin que vous puissiez respecter les délais. Tout ce qui peut vous aider à publier du contenu en moins de temps sans sacrifier la qualité améliorera vos résultats.
  • Incluez les outils de blog / contenu et la technologie que vous utiliserez, ainsi que leur intégration dans votre système.

Une fois que vous avez documenté votre plan de marketing de contenu, il vous sera plus facile de publier du bon contenu selon un calendrier cohérent. Cela aidera les nouvelles pages Web de votre site à être indexées plus rapidement.

 

Étape 4 : Commencer à bloguer

Pourquoi avez-vous besoin d’un blog ?

C’est simple : Les blogs sont des machines de référencement assidues. Le contenu du blog est exploré et indexé plus rapidement que les pages statiques.

En fait, les sites Web contenant des blogs ont en moyenne 434% de pages indexées supplémentaires et 97% de liens indexés en plus.

Les blogs génèrent également plus de trafic. Les entreprises qui bloguent régulièrement génèrent 55% plus de visiteurs sur leurs sites que celles qui n’en ont pas.

Et les blogs fonctionnent pour tous les types d’entreprise, d’industrie ou de niche, ainsi que pour presque tous les modèles d’affaires, même les sites B2C et les sites de commerce électronique.

Si vous avez un site de commerce électronique, les blogs ne doivent pas nécessairement être extrêmement complexes ou difficiles.

Par exemple, lorsque vous créez une nouvelle page de produit, écrivez et publiez un article de blog sur le nouveau produit. Ajoutez des images de qualité du produit et un lien vers la page du produit. Cela aide la page du produit à être indexée plus rapidement par les moteurs de recherche.

Une autre excellente stratégie de blogging pour le commerce électronique consiste à écrire un post chaque fois qu’un client vous pose une question. C’est ce que font les piscines et spas.

Dans un article de Shopify, Sheridan, l’homme derrière River Pools and Spas, a révélé que c’était tout ce dont il parlait sur son blog : Répondre aux questions des clients.

Son sujet est tellement spécifique qu’il convient parfaitement aux personnes à la recherche de piscines et de spas. Ils perçoivent instantanément sa société comme une source de connaissances faisant autorité en matière de piscines et, plus important encore, tous ces articles l’ont aidé à figurer dans les résultats de recherche de la première page pour pratiquement chaque mot clé de piscine en fibre de verre.

Et, pour une stratégie plus axée sur les ventes, partagez le lien de l’article avec d’autres blogueurs et influenceurs pour faire passer le message. Ils voudront peut-être inclure votre produit dans leurs blogs, ce qui constitue à nouveau une excellente source de liens et de trafic et aura un impact positif sur votre taux de crawl.

 

Étape 5 : Utilisez des liens internes sur votre site Web

Les liens internes, c’est-à-dire les liens vers des pages de votre propre site Web, constituent un autre excellent moyen d’être indexé rapidement et d’accroître votre position dans les résultats de recherche organiques.

La navigation de votre site Web est une source évidente de liens internes.

Il est important de structurer la navigation de votre site Web de manière à donner un sens à Google.

Votre navigation doit suivre un flux prévisible comme, Page d’accueil -> Catégorie -> Sous-page.

Tous les éléments doivent être évidemment liés. Donc, si vous êtes un concepteur Web, votre navigation pourrait ressembler à ceci.

Page d’accueil -> Services de conception Web -> WordPress Design

Voyez comment ils sont tous liés et ont un sens ?

Un autre facteur clé consiste à structurer correctement vos URL. La règle de base de Google est qu’elles soient aussi simples et directes que possible.

Donc, si cela vous semble logique, en tant qu’être humain, cela devrait également l’être pour Google.

Un autre excellent moyen de créer un lien vers votre contenu est d’utiliser les articles de blog.

Les gens relient généralement des phrases de leurs blogs à des sujets pertinents, comme si je voulais vous offrir plus d’informations sur la structuration d’URL.

Ou, je pourrais créer une ligne comme ceci :

Connexe : La structure des URL a-t-elle une importance ? Une réponse basée sur les données

Cela crée des liens, ce qui force les robots de Google à revenir et à explorer à nouveau ces pages. En outre, cela ajoute positivement à l’expérience utilisateur. Vos lecteurs apprécieront les ressources supplémentaires.

N’oubliez pas de garder à l’esprit l’expérience utilisateur à tout moment. Cela va de pair avec le référencement. Google applique toutes ces règles et méthodes, car il essaie de fournir les meilleurs résultats à ses utilisateurs et de leur apporter les réponses qu’ils recherchent.

Vous devriez être concentré sur la même chose !

 

Étape 6 : Promouvoir le partage social de votre contenu

Naturellement, amener les gens à partager votre contenu sur les réseaux sociaux est une bonne chose. Bien sûr, je n’ai pas besoin de vous convaincre de cela !

Selon HubSpot, cela expose votre contenu à de nouvelles personnes, les attire sur votre site Web et constitue le type de contenu que les gens veulent voir plus souvent.

Le partage de vos publications sur les réseaux sociaux présente également des avantages en termes de référencement, car il crée des liens vers votre contenu.
Qui, si vous y prêtez attention, demande aux araignées de Google d’indexer votre site !

Points bonus si vous l’avez déjà deviné.

Il existe un débat autour de la question de savoir comment les liens des réseaux sociaux interviennent dans les classements de recherche organiques.

Google a fait des déclarations mitigées sur le sujet, affirmant qu’au début de 2015, ils ne prenaient pas du tout en compte les publications dans les réseaux sociaux, puis plus tard, en affirmant qu’ils l’avaient fait.

«Oui, nous l’utilisons comme un signal. Il est utilisé comme un signal dans nos classements organiques et d’actualités. Nous l’utilisons également pour améliorer notre univers d’actualité en indiquant combien de personnes ont partagé un article », explique Google dans SearchEngineLand.com.

Matt Cutts de Google a déclaré il y a quelques années :

En mai 2010, j’ai tourné une vidéo dans laquelle je disais que nous n’utilisions pas le signal «social» et que, à l’époque, nous ne l’utilisions pas comme signal, mais nous enregistrons ce film en décembre 2010, et nous utilisons cela comme un signal.

Bing, quant à lui, explique très clairement comment il utilise les liens de médias sociaux dans le classement des résultats de recherche, appelé «signaux sociaux» :

«Nous examinons l’autorité sociale d’un utilisateur. Nous examinons le nombre de personnes que vous suivez, combien vous suivez, et cela peut ajouter un peu de poids à une liste dans les résultats de recherche habituels. « 

De nombreux spécialistes du marketing pensent que les signaux sociaux constituent un facteur de classement considérable, et je suis l’un d’eux.

Le partage social m’a aidé à développer mon blog de manière significative.

 

Étape 7 : Ajoutez un plugin sitemap pour que Google indexe votre site

Tout d’abord, parlons de ce qu’est un sitemap.

Vous avez sans doute déjà vu le mot «plan du site», mais vous n’avez peut-être jamais su exactement ce que cela signifiait et comment il était lié à l’optimisation des moteurs de recherche. Voici la définition que Google tire pour nous :

Définition d'un sitemap

 

Le plan du site est essentiellement une liste (au format XML) de toutes les pages de votre site. Sa fonction principale est de permettre aux moteurs de recherche de savoir quand quelque chose a changé – une nouvelle page Web ou des modifications sur une page spécifique – ainsi que la fréquence à laquelle le moteur de recherche doit rechercher les modifications.

Les sitemaps affectent-elles votre classement dans les recherches ? Probablement pas – du moins, pas de manière significative. Mais ils aideront votre site à être indexé plus rapidement avec un taux d’exploration plus efficace.

Dans le monde actuel, vous devez vous méfier de nombreux mythes sur le référencement.

Connexe : 7 mythes absurdes sur le référencement

Selon le blog Google Webmaster, les sitemaps aident votre contenu à être exploré et indexé, ce qui lui permet de se hisser au sommet des SERP plus rapidement. Selon les propres mots de Google,

« Soumettre un plan Sitemap vous aide à vous assurer que Google connaît les URL de votre site ».

Est-ce une garantie que votre site sera indexé immédiatement ? Non, mais c’est définitivement un outil de webmaster efficace qui facilite ce processus.

Casey Henry s’est demandé à quel point les sitemaps auraient un impact sur le taux d’analyse et d’indexation. Il a donc décidé de mener une petite expérience.

Casey s’est entretenu avec un de ses clients qui gérait un blog assez populaire utilisant à la fois WordPress et le plugin Google XML Sitemaps Generator (voir plus bas à ce sujet).

Avec la permission du client, Casey a installé un script de suivi permettant de suivre les actions de Googlebot sur le site. Il a également suivi le moment où le bot a accédé au plan du site, la date de son envoi et chaque page analysée. Ces données ont été stockées dans une base de données avec un horodatage, une adresse IP et l’agent utilisateur.

Le client vient de poursuivre son calendrier de publications régulier (environ deux ou trois publications par semaine).

Casey a qualifié les résultats de son expérience d’exceptionnels en termes d’optimisation des moteurs de recherche. Mais jugez par vous-même: lorsqu’aucun sitemap n’a été soumis, il a fallu en moyenne 1 375 minutes à Google pour rechercher, analyser et indexer le nouveau contenu.

Temps de crawl sans Sitemap

Et quand un sitemap a été soumis ? Cette moyenne a chuté à 14 minutes.

Temps de crawl avec Sitemap

De plus, les chiffres des robots de recherche de Yahoo! ont suivi une tendance similaire.

À quelle fréquence devez-vous dire à Google de vérifier les modifications en soumettant un nouveauSitemap ? Il n’y a pas de règle. Cependant, certains types de contenu nécessitent des analyses et des indexations plus fréquentes.

Par exemple, si vous ajoutez de nouveaux produits à un site de commerce électronique et que chacun d’eux a sa propre page produit, vous voudrez que Google vérifie fréquemment, augmentant ainsi le taux d’analyse. Il en va de même pour les sites qui publient régulièrement des articles d’actualité très relayés et en concurrence constante.

Mais il existe un moyen beaucoup plus simple de créer un plan de Sitemap et de le soumettre. Si vous utilisez WordPress, installez et utilisez simplement le plugin Google XML Sitemaps.

C’est le même plugin que Casey Henry a utilisé dans l’étude de cas que j’ai mentionnée ci-dessus.

Ses paramètres vous permettent d’indiquer au plug-in la fréquence à laquelle un plan Sitemap doit être créé, mis à jour et soumis aux moteurs de recherche. Il peut également automatiser le processus pour vous, de sorte que chaque fois que vous publiez une nouvelle page, le sitemap soit mis à jour et soumis à Google.

Parmi les autres outils de Sitemap que vous pouvez utiliser, citons XML Sitemaps Generator, un outil en ligne qui devrait fonctionner pour tout type de site Web.

Une fois votre Sitemap créé, vous souhaitez le soumettre à la console de recherche Google, que nous verrons ensuite.

 

Étape 8 : Soumettre un sitemap à Search Console

Il est essentiel de vous assurer que votre sitemap est à jour avec Google Search Console. J’aime y aller environ toutes les 2 semaines, ou au moins une fois par mois, et le mettre à jour.

Pas encore inscrit à Google Search Console ? Revenez à l’étape 2 pour voir comment faire cela !

Cliquez sur l’URL pour accéder au tableau de bord de ce site. Sur la gauche, sous «Analyser», cliquez sur «Plans Sitemap», puis dans le coin supérieur droit, sur «Ajouter / Tester le plan Sitemap».

Soumettre Sitemap à Google

Pour la prochaine étape, vous avez besoin de l’URL de votre sitemap. Si vous utilisez un plugin pour WordPress, cette information sera disponible dans les paramètres du plugin.

En règle générale, l’URL est votredomaine.com/sitemap.xml.

Comme je l’ai mentionné ci-dessus, vous pouvez également utiliser un site Web tel que XML-Sitemaps.com pour en créer un. Pour ce faire, entrez simplement votre URL et choisissez un délai de changement de fréquence.

La fréquence de modification indique simplement à Google à quelle fréquence il doit indexer votre site. Il s’agit simplement d’une suggestion faite à Google. Il appartient à l’araignée de déterminer quand elle reviendra indexer votre site.

Une fois le fichier sitemap.xml créé, téléchargez-le sur votre site Web via FTP.

Une fois que vous avez l’URL de votre sitemap, entrez-la dans la console de recherche Google.

Une fois que vous l’avez envoyé, vous le verrez au bas de la page.

Sitemap indexée par Google

Une fois que Google a terminé l’indexation, la colonne État passera de En attente à Opération effectuée.

Prenez l’habitude de soumettre un nouveau plan du site au moins tous les mois.

Vous pouvez également utiliser les outils pour les webmasters de Bing pour faire la même chose pour Bing. C’est bien de couvrir toutes vos bases, d’autant plus que Bing est le deuxième moteur de recherche le plus populaire après Google !

 

Étape 9 : Créer des canaux vers les réseaux sociaux

Avez-vous des profils sur des réseaux sociaux pour votre nouveau site ou blog ? Sinon, le moment est venu.

Pourquoi ? Parce que, comme nous l’avons appris à l’étape 6, l’un des éléments de l’optimisation des moteurs de recherche est l’attention portée aux signaux sociaux. Ces signaux peuvent éventuellement inciter les moteurs de recherche à explorer et à indexer votre nouveau site.

De plus, les signaux sociaux vous aideront à classer vos pages plus haut dans les résultats de recherche.

Il est désormais évident qu’un plan marketing solide sur les réseaux sociaux facilite le référencement. Mais les profils sociaux de votre site Web vous offrent également un autre endroit pour ajouter des liens vers votre site ou votre blog.

Les profils Twitter, les pages Facebook, les profils LinkedIn ou les pages de sociétés, les profils Pinterest, les chaînes YouTube, et plus particulièrement les profils ou les pages Google+, sont faciles à créer et constituent le lieu idéal pour ajouter des liens pointant vers votre site Web.

Si vous ne souhaitez pas créer de nouveaux profils sur les réseaux sociaux pour votre nouveau site ou blog, vous pouvez également ajouter le lien du nouveau site à vos profils existants pour augmenter le taux d’analyse. Je recommande toutefois vivement de créer de nouveaux profils pour vos projets. En plus d’être bon pour le référencement, ce sera formidable pour la stratégie de marque.

Et cela va probablement de soi, mais si vous créez ces canaux de réseaux sociaux, préparez-vous à les mettre à jour régulièrement avec du nouveau contenu.

 

Étape 10 : Utilisez le fichier robots.txt

Si vous n’êtes pas un développeur ou un codeur expert, vous avez peut-être vu un fichier appelé «robots.txt» dans les fichiers de votre domaine et vous vous êtes demandé de quoi il s’agit et de ce qu’il fait.

La partie « Ce que c’est » est très simple. C’est un fichier de base en texte brut qui doit résider dans le répertoire racine de votre domaine. Si vous utilisez WordPress, il se trouvera dans le répertoire racine de votre installation WordPress.

La partie «ce qu’elle fait» est un peu plus complexe. Fondamentalement, robots.txt est un fichier qui donne des instructions strictes aux moteurs de recherche sur les pages qu’ils peuvent explorer et indexer, ainsi que sur les pages à éviter.

Lorsque les robots de recherche trouvent ce fichier sur un nouveau domaine, ils lisent les instructions qu’il contient avant de faire quoi que ce soit. S’ils ne trouvent pas de fichier robots.txt, les robots de recherche supposent que vous voulez que chaque page soit explorée et indexée.

Maintenant, vous vous demandez peut-être «Pourquoi voudrais-je que les moteurs de recherche n’indexent pas une page de mon site ?» C’est une bonne question !

En bref, c’est parce que toutes les pages de votre site ne doivent pas nécessairement être comptabilisées comme une page visant les résultats de recherche. Plus sur ce sujet plus tard !

Votre première étape consiste à confirmer que votre nouveau site contient un fichier robots.txt. Vous pouvez le faire soit par FTP, soit en cliquant sur votre gestionnaire de fichiers via CPanel (ou l’équivalent, si votre hébergeur n’utilise pas CPanel).

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez en créer un assez facilement en utilisant un éditeur de texte tel que Notepad.

Remarque : Il est très important d’utiliser uniquement un éditeur de texte brut, et non quelque chose comme Word ou WordPad, qui peut insérer des codes invisibles dans votre document, ce qui pourrait vraiment gâcher les choses.

Les blogueurs WordPress peuvent optimiser leurs fichiers robots.txt en utilisant un plugin WordPress fiable comme le plugin SEO de Yoast. Ce type de plugin WordPress est efficace.

Le format d’un fichier robots.txt est assez simple. La première ligne nomme généralement un agent d’utilisateur, qui est simplement le nom du moteur de recherche, par exemple Googlebot ou Bingbot. Vous pouvez également utiliser un astérisque (*) comme identificateur générique pour tous les robots.

Robots.txt

Ensuite nous avons des chaînes de commandes Autoriser ou Interdire (Allow ou Disallow). Celles-ci indiquent aux moteurs de recherche quelles parties ils doivent analyser et indexer («Allow») et quelles parties ils doivent ignorer («Disallow»).

Ces règles garantissent que seules les pages que vous souhaitez indexer se retrouvent dans les résultats de recherche.

Donc, pour récapituler : la fonction de robots.txt est de dire aux moteurs de recherche quoi faire avec le contenu / les pages de votre site. Mais cela aide-t-il à indexer votre site?

Agrawal de ShoutDreams Media dit

Oui.

En 24 heures, il a pu indexer ses sites en combinant différentes stratégies, notamment le fichier robots.txt et les techniques de référencement on-page.

Shoumeloud.com (exemple)

Cela dit, il est essentiel d’être très prudent lorsque vous révisez votre fichier robots.txt, car il est facile de se tromper si vous ne savez pas ce que vous faites.

Un fichier mal configuré peut masquer l’intégralité de votre site aux moteurs de recherche. C’est l’opposé de ce que vous voulez ! Vous devez comprendre comment éditer correctement votre fichier robots.txt pour éviter de nuire à votre vitesse d’analyse.

Vous voudrez peut-être engager un développeur expérimenté pour prendre en charge le travail et laisser celui-ci seul si vous n’êtes pas à l’aise avec le risque de nuire à votre référencement.

Si vous souhaitez l’essayer vous-même, vous pouvez utiliser l’outil Google robots.txt pour vous assurer que votre fichier est correctement codé.

 

Étape 11 : Indexez votre site avec d’autres moteurs de recherche

Vous pouvez également adopter l’approche directe et soumettre l’URL de votre site aux moteurs de recherche.

Avant de faire cela, vous devez savoir qu’il ya beaucoup de désaccord sur la soumission manuelle des URL de site en tant que méthode permettant d’indexer un site.

Certains blogueurs suggèrent que c’est  inutile, voire carrément nuisible.

Mark Walters écrit que si votre site a été mis en ligne plus d’une semaine, les moteurs de recherche l’ont déjà trouvé. Soumettre manuellement est inutile, argue-t-il, et payer des entreprises pour le faire à votre place est du vol.

Blue Corona détaille un email frauduleux reçu d’une société d’hébergement Web. L’e-mail demande aux utilisateurs de payer 75 dollars par an pour le «service de soumission aux moteurs de recherche».

Exemple d'arnaque (indexation payante)
Exemple d’arnaque (indexation payante)

L’e-mail est écrit de manière confuse, ce qui implique que si vous ne payez pas pour ce service optionnel, votre site Web ne sera pas exploré.

« Si votre enregistrement dans les moteurs de recherche n’est pas terminé avant le 20/04/2015, cette commande peut être annulée (vos clients auront alors du mal à vous localiser à l’aide des moteurs de recherche sur le Web). »

Comme nous le savons, ce n’est tout simplement pas vrai. Mais pour les propriétaires d’entreprises qui ne sont pas avertis en matière de référencement, ils risquent de tomber dans l’escroquerie de ce genre.

Selon Bill Hartzer, la soumission manuelle de moteurs de recherche peut également être préjudiciable lorsque vous soumettez votre site à davantage que Google, Bing et d’autres moteurs de recherche réputés.

Certains sites de soumission gratuits proposent de répertorier votre site sur plusieurs moteurs de recherche, mais ces liens peuvent être de mauvaise qualité et avoir un impact négatif sur votre référencement.

Freewebsubmission.com en est un exemple.

Voyez tous ces répertoires et sites Web aléatoires auxquels votre site sera soumis ? Si ces sites sont considérés comme indésirables par Google, le fait d’avoir des liens vers votre site à partir d’eux nuira à votre classement SEO. Google vous sanctionnera pour votre « attachement » à ces sites.

Pénalisation d'indexation par sites douteux
Pénalisation d’indexation par sites douteux

Comme il existe d’autres méthodes qui fonctionnent efficacement, la plupart des blogueurs et des propriétaires de sites ignorent cette étape.

En revanche, cela ne prend pas longtemps et votre référencement n’est pas préjudiciable tant que vous vous contentez de soumettre vos annonces à Google, Bing, Yahoo ou d’autres sites Web très réputés.

 

Étape 12 : Partagez votre contenu sur des agrégateurs

Les agrégateurs de contenu sont des sites Web qui agissent comme un moteur de recherche pour le contenu soumis par les utilisateurs.

Cela signifie que les gens soumettent leur contenu sur ces sites, puis les visiteurs peuvent rechercher et trouver du contenu de personnes du monde entier. Ce sont d’énormes réseaux de contenu consultable.

Des exemples bien connus sont StumbleUpon, Reddit et Medium.

Soumettre votre contenu sur des agrégateurs est une excellente source de liens et une nouvelle exposition, tout comme les réseaux sociaux.

StumbleUpon est l’un des principaux moteurs de trafic parmi les agrégateurs.

Corbett Barr, un blogueur, a écrit un article sur la façon dont il a utilisé StumbleUpon pour attirer 127 000 visiteurs en un seul post.

Parmi ces visiteurs, 83 025 sont venus au cours des 15 premiers jours.

Le type de contenu populaire sur StumbleUpon peut ne pas être votre type de contenu normal. Par exemple, Corbett a fait des recherches au lieu de simplement publier ce qu’il pensait être cool.

Après avoir constaté que le contenu visuel attrayant se présentait bien sur le site, Corbett a publié un article intitulé 50 Photos pour inspirer la vie en tant que nomade numérique. Il l’a Stumblé, tweeté, a demandé à quelques amis de faire de même et est allé se coucher.

La suite, il se réveille avec un trafic énorme.

Je parie que c’est une situation à laquelle vous avez aussi rêvé. Avec un peu de recherche et beaucoup de chance, il est possible de décrocher le jackpot du trafic organique viral avec un site d’agrégation tel que StumbleUpon.

Quel type de contenu est populaire sur StumbleUpon ?

  • Vidéos
  • Infographie
  • Comment faire / tutoriels
  • Des listes

Cela ne veut pas dire que si vous créez quelque chose à côté de ces éléments, cela ne sera pas populaire, mais ce sont les types de contenu qui sont partagés et visités le plus souvent sur le réseau.

Voici comment soumettre du contenu à StumbleUpon.

Tout d’abord, vous devez créer un compte.

Une fois connecté, cliquez sur votre profil en haut à droite, puis sur Mon profil.

Cliquez sur le bouton bleu « Ajouter une page ».

Remplissez tous les champs du formulaire qui apparaît. Vous pouvez taper la catégorie et les étiquettes pour afficher les étiquettes populaires ou créer les vôtres.

Cliquez sur Enregistrer et c’est tout !

Certains autres agrégateurs sur lesquels vous pouvez partager votre contenu :

Medium est également un endroit idéal pour partager votre contenu.

Remarque à noter : StumbleUpon se nomme désormais Mix.

 

Étape 13 : Partagez le lien de votre site Web PARTOUT

Un autre moyen simple d’obtenir des liens vers votre nouveau site ou blog consiste à mettre à jour vos propres réseaux sociaux.

Bien sûr, ces liens seront « No Follow », mais ils continueront à compter pour les alertes d’indexation, car nous savons que Google et Bing, au moins, suivent les signaux sociaux provenant de pages Web.

Le vieil adage « votre réseau est votre valeur nette » s’applique également ici. Si vous débutez, vos premiers clients peuvent provenir de membres de votre famille, d’amis ou de personnes qu’ils connaissent, alors n’hésitez pas à partager votre nouveau site Web sur vos propres comptes.

Si vous êtes sur Pinterest, sélectionnez une image ou une capture d’écran de haute qualité sur votre nouveau site. Ajoutez l’URL et une description optimisée (c’est-à-dire, assurez-vous d’utiliser les mots-clés appropriés à votre site) et associez-les à un tableau existant ou à un nouveau que vous avez créé pour votre site.

J’aime la façon dont Whole Foods utilise Pinterest pour dialoguer avec son public cible (par exemple, les gourmands et les demandeurs de recettes naturels). Ils ont des conseils pour chaque sujet, y compris les vacances actuelles et les tendances saisonnières.

Wholefoods Pinterest

Si vous êtes sur YouTube, soyez créatif ! Enregistrez un court extrait vidéo présentant votre site et soulignant ses caractéristiques et ses avantages. Ajoutez ensuite l’URL dans la description de la vidéo.

Social Media Examiner suggère de mettre votre URL dans la première ligne de la description. Et si vous avez besoin de conseils supplémentaires sur YouTube, Outbrain vous donnera de bons conseils sur la production de vidéos populaires sur YouTube.

Si vous avez une liste d’e-mails existante d’une autre entreprise liée au même secteur que votre nouveau site, vous pouvez envoyer un message électronique à toute la liste présentant votre nouveau site et incluant un lien.

C’est ce que Jon Morrow de la renommée de Copyblogger a réalisé avec son nouveau site Web, Unstoppable.me. Il a créé une liste de courrier électronique de milliers de personnes issues de ses multiples entreprises et l’a exploité avec succès pour générer du trafic vers sa nouvelle entreprise.

Lorsqu’il a publié son premier message, il a envoyé un courrier électronique à ses abonnés depuis ses autres sites Web pour les informer de son nouveau site.

Il a également utilisé sa section de biographie sur son site SmartBlogger pour générer du trafic vers son nouveau blog.

Son premier message sur Unstoppable.me a gagné plus de 60 000 partages Facebook et 3 000 partages Twitter au cours du premier mois seulement.

Enfin, n’oubliez pas votre compte de messagerie personnel. Ajoutez vos nouvelles URL et nom de site à votre signature électronique. C’est simple, mais ça marche.

Voici quelques conseils utiles pour optimiser votre signature électronique.

 

Étape 14 : Configurer un flux RSS

Qu’est ce que le RSS ?

Le flux RSS est un flux automatisé du contenu de votre site Web mis à jour lorsque vous publiez un nouvel article.

Et comment cela affecte-t-il l’indexation et l’exploration ?

Avant d’y arriver, clarifions une chose : Beaucoup pensent que le RSS est mort.

Le nombre d’utilisateurs a régulièrement diminué depuis que Google a tué Google Reader en 2013. Je pense que RSS évolue plutôt que de mourir.

Croissance des flux RSS

Mais même Danny Brown, qui a écrit ce dernier article lié dans lequel il avait appelé RSS «Syndication vraiment so-over-it», a un peu changé de ton.

RSS permet généralement d’augmenter le lectorat et le taux de conversion, mais il peut également vous aider à indexer vos pages. Il s’agit de la syndication vraiment simple ou du résumé de site enrichi, ce qui est avantageux pour les utilisateurs et les propriétaires de site.

Pour les utilisateurs, les flux RSS constituent un moyen beaucoup plus simple de consommer une grande quantité de contenu en un temps réduit.

Les utilisateurs peuvent s’abonner à votre flux RSS dans leur lecteur RSS préféré et recevoir vos nouveaux articles automatiquement. Les lecteurs RSS populaires sont Feedly et Feeder.

En tant que propriétaire de site, vous bénéficiez d’une distribution instantanée de nouveau contenu et d’un moyen pour que les lecteurs s’abonnent à vous sans devoir renoncer à leur adresse électronique, ce que certaines personnes n’aiment pas faire.

Bien que vous souhaitiez toujours concentrer vos efforts sur la construction de votre liste de courrier électronique, offrir un abonnement aux flux RSS améliore l’expérience utilisateur en offrant aux personnes soucieuses de la vie privée une autre option pour s’abonner.

Lorsque vous envisagez un flux RSS, vous devez suivre quelques bonnes pratiques :

  • Décidez si vous souhaitez afficher le contenu complet de la publication ou des extraits. Si vous écrivez un contenu long (plus de 2 000 mots), vous devriez probablement choisir de ne présenter que des extraits dans votre flux RSS.
  • Assurez-vous que votre flux inclut des images, sinon vos abonnés pourraient ne pas avoir accès à de précieuses infographies ou à d’autres éléments graphiques nécessaires à la compréhension de la publication.

La configuration de votre flux RSS avec Feedburner (l’outil de gestion des flux RSS de Google) vous permet d’informer Google que vous avez un nouvel article de blog ou une nouvelle page prêts à être analysés et indexés.

Pour créer un flux RSS pour votre site, rendez-vous sur Feedburner. Connectez-vous avec votre compte Google.

Entrez votre URL dans la case et cliquez sur Suivant.

Donnez à votre flux un titre et une URL Feedburner (il s’agira de l’adresse publique de votre flux RSS).

Vous verrez alors un message de réussite avec votre nouvelle URL Feedburner. Pour amener les gens à s’y abonner, il suffit de faire un lien vers cette URL.

Par exemple, sur votre site Web, un bouton pourrait indiquer «Souscrire via RSS» et créer un lien vers cette URL. Une autre méthode courante utilisée par les sites Web consiste à utiliser l’icône RSS standardisée, qui ressemble à cette section de la page d’accueil de TechCrunch :

TechCrunch RSS

Vous pouvez créer gratuitement votre propre icône RSS.

Cliquez ici et vous verrez cet écran.

Création d'icône RSS

Modifiez les dimensions à la taille dont vous avez besoin pour votre site Web. J’ai choisi 128px. Ensuite, choisissez une forme d’arrière-plan, une couleur d’arrière-plan et une couleur d’icône.

Téléchargez-le au format PNG, chargez-le sur votre site Web et liez l’image à l’URL de votre Feedburner que nous venons de créer. Maintenant, vous avez un flux RSS sur votre site !

 

Étape 15 : Soumettez votre site Web aux annuaires

Vous savez probablement déjà que soumettre votre nouvelle URL à des annuaires de blogs peut aider votre site à être « trouvé » par de nouveaux utilisateurs potentiels.

Mais cela peut aussi aider le taux d’analyse et l’indexation à se dérouler plus rapidement – si vous vous y prenez correctement.

Il était une fois des annuaires de blogs gratuits qui jonchaient le paysage numérique. Il y avait littéralement des centaines, voire des milliers, de ces sites et beaucoup trop peu d’entre eux n’apportaient que peu ou pas de valeur aux lecteurs de blogs.

Le problème de qualité est devenu si grave qu’en 2012, Google a supprimé de son index de nombreux annuaires de sites gratuits, supprimant ainsi le classement des pages Web contenant peu de contenu.

Moz a examiné la question en analysant 2 678 annuaires et en concluant finalement que «sur 2 678 annuaires, seulement 94 ont été interdits – pas trop mal. Cependant, 417 annuaires supplémentaires avaient évité d’être interdits, mais pénalisés. ”

Alors quelle est la réponse ? Si vous souhaitez soumettre des répertoires, veillez à ne les soumettre qu’à des répertoires bien classés et faisant autorité.

Les meilleures listes de répertoires compilées par les blogs des secteurs et des autorités peuvent vous aider à éliminer les aspects positifs, mais assurez-vous que la liste que vous utilisez est à jour.

Parmi les autres options que vous voudrez peut-être explorer, vous trouverez TopRank, qui contient une liste énorme de sites sur lesquels vous pouvez envoyer votre flux RSS et votre blog; Technorati, qui est l’un des meilleurs annuaires de blogs du monde; et – après avoir publié une quantité décente de contenu de haute qualité – le sous-domaine Alltop pour votre créneau ou votre secteur.

Un moyen simple de soumettre votre site à plusieurs annuaires à la fois consiste à utiliser un service gratuit appelé Ping O Matic.

Ping O Matic informe les annuaires que votre site Web a changé et qu’ils doivent l’indexer. Cela prend environ 30 secondes, et voici comment.

Entrez le nom de votre blog, l’URL de la page d’accueil et l’URL RSS (le cas échéant). Sous Services to Ping, appuyez sur Check All.

Cliquez sur Send pings et vous avez terminé.

 

Étape 16 : Recherchez fréquemment les erreurs d’analyse Google

Cette étape est vraiment importante pour maintenir votre fréquence d’indexation. J’aime vérifier les erreurs d’analyse au moins une fois par mois pour mes sites Web.

Pour vérifier les erreurs d’analyse, ouvrez la console de recherche.

Sur la gauche, cliquez sur Exploration -> Erreurs d’exploration.

Erreurs d'exploration

Cet écran affiche les erreurs rencontrées par Googlebot lors de l’exploration de votre site, telles que les erreurs 404.

Voici ce que vous devriez surveiller au moins une fois par mois :

  • Erreurs d’exploration
  • Explorer en tant que Google (cela vous montre à quoi ressemblent certaines pages de votre site pour un moteur de recherche)
  • Statistiques d’exploration

La page des statistiques d’exploration vous permet de connaître la fréquence à laquelle Google indexe votre site Web. Vous devez en tenir compte.

Par exemple, mes résultats augmentent, ce qui signifie que Google m’indexe plus souvent, ce qui est une bonne chose. Toutefois, si votre graphique présente une tendance à la baisse, vous devrez peut-être publier plus de contenu ou envoyer un nouveau Sitemap.

 

[BONUS] Étape 17 : Les pages qui ne doivent pas être indexées et comment s’assurer qu’elles ne le soient pas

Vous ne souhaitez pas que Google ou d’autres moteurs de recherche indexent certaines pages. Voici les pages que vous ne souhaitez pas afficher dans la recherche :

 

Pages de remerciement : Il s’agit généralement des pages sur lesquelles quelqu’un atterrit après s’être inscrit à votre liste de diffusion ou avoir téléchargé un livre électronique. Vous ne voulez pas que les gens sautent la ligne et se rendent directement à la marchandise !

Contenu dupliqué : Si certaines pages de votre site ont un contenu dupliqué ou légèrement différent, comme une page pour laquelle vous effectuez un test A/B, vous ne voulez pas que cela soit indexé.

Supposons, par exemple, que votre site contient deux pages avec le même contenu. C’est peut-être parce que vous testez de manière fractionnée les caractéristiques visuelles de votre conception, mais que le contenu des deux pages est exactement le même.

Le contenu dupliqué, comme vous le savez probablement, est potentiellement un problème pour le référencement. Une solution consiste donc à utiliser votre fichier robots.txt pour indiquer aux moteurs de recherche d’ignorer l’un d’eux.

Voici comment vous assurer que les pages que vous souhaitez exclure ne sont pas indexées.

 

Option 1 : Dans votre fichier robots.txt

Rappelez-vous ce fichier robots.txt que nous avons créé à l’étape 10 ? Vous pouvez y ajouter des directives pour indiquer aux moteurs de recherche de ne pas indexer un fichier, ni un répertoire complet. Cela peut être pratique lorsque vous voulez vous assurer qu’une section entière de votre site reste non indexée.

Pour ajouter ceci, ouvrez votre fichier robots.txt.

Voir l’étape 10 pour savoir comment procéder si vous avez besoin d’un rappel.

Pour empêcher l’indexation d’une page, entrez ce code dans votre fichier robots.txt.

Disallow: /nomdudossier/

Cela bloque tout dans ce dossier.

Alternativement, vous pouvez simplement bloquer un seul fichier.

Disallow: /nomdudossier/nomdufichier.html

Enregistrez-le, envoyez-le sur votre serveur et c’est tout.

 

Pour plus d’informations sur les fichiers robots.txt, consultez robotstxt.org.

 

Option 2 : Utilisez un lien nofollow ou noindex

Cette option est très simple. Lorsque vous créez un lien sur votre site, ajoutez simplement une balise nofollow ou noindex au lien <a href= » »>.

Tout d’abord, voyons ce qu’ils veulent dire.

Nofollow : indique à Google de ne pas explorer les liens de cette page.

Cela signifie donc que si je crée un lien vers votre site Web à partir de neilpatel.com et utilise un lien nofollow, aucun de mes liens (ou autorité de domaine) ne vous sera transmis.

Noindex : indique à Google de ne pas indexer la page, même si l’araignée peut la voir. Il ne sera pas ajouté aux résultats de recherche.

Vous pouvez utiliser les deux en même temps.

Voici un exemple.

Si vous vous connectez à une page de destination spéciale pour un événement que vous organisez uniquement pour les VIP et que vous ne souhaitez pas que cette page apparaisse dans les résultats de la recherche, vous devez la lier avec une balise noindex.

Cela ressemblerait à ceci: Consultez mon <a href= »/soireeVIP.html? rel= »noindex »>événement super cool</a>.

Même si les internautes recherchent « l’événement super cool soirée VIP » dans Google, cette page ne s’affiche pas.

Le plus souvent, vous souhaiterez utiliser la balise noindex. En général, vous ne souhaitez utiliser nofollow que pour les liens d’affiliation, les liens que vous avez créés pour une création ou pour lesquels vous recevez une commission. C’est parce que vous ne voulez pas «vendre des liens». Lorsque vous ajoutez nofollow, cela indique à Google de ne pas transmettre votre autorité de domaine à ces sources. Essentiellement, il empêche le Web de corrompre les liens.

Si vous voulez vous assurer qu’une page entière est exclue des résultats de la recherche de toutes les sources, au lieu d’inclure simplement les balises nofollow ou noindex dans vos liens, suivez les étapes ci-dessous.

Commencez par ouvrir le code HTML de la page.

Si vous utilisez un CMS (système de gestion de contenu) tel que WordPress, vous pouvez modifier ce fichier directement à partir de votre tableau de bord WordPress.

Voici comment faire cela.

Connectez-vous et accédez à Pages. Cliquez sur Modifier sur la page sur laquelle vous créez le lien. Pas la page que vous souhaitez masquer des résultats de recherche, mais la page depuis laquelle vous créez un lien vers la page que vous souhaitez masquer.

Si c’est un message au lieu d’une page, le processus est le même, allez simplement éditer ce message.

Si je veux exclure cette page d’événements des résultats de la recherche, il me suffit d’ajouter la balise noindex au lien, comme ceci.

Si vous n’avez pas de CMS tel que WordPress, vous pouvez télécharger la page à modifier via FTP.

Vous ne savez pas comment utiliser FTP ? Revenez à l’étape 2 où je l’explique !

Cliquez sur la page que vous souhaitez exclure des résultats de la recherche et téléchargez-la.

Ouvrez-le dans un éditeur de texte. Le Bloc-notes pour Windows ou TextEdit sur Mac sont parfaits pour cela. Recherchez la balise </head>.

Juste avant cette balise </ head>, vous souhaitez insérer l’un des éléments de code suivants.

Si vous souhaitez que la page soit exclue des résultats de la recherche tout en suivant les liens de la page, utilisez :

<META NAME = « robots » CONTENT = « noindex »>

Si vous souhaitez que la page soit incluse dans les résultats de la recherche, mais que Google ne suive pas les liens de la page, utilisez :

<META NAME = « robots » CONTENT = « nofollow »>

Si vous souhaitez que la page soit exclue de la recherche ET que Google ne suive pas les liens, utilisez :

<META NAME = « robots » CONTENT = « noindex, nofollow »>

 

Conclusion

J’espère que vous avez apprécié ce guide détaillé pour indexer votre site Web !

Je sais que c’est beaucoup à apprendre. Je ne connaissais pas la moitié de ces informations lorsque j’ai commencé à bloguer.

Avec mon premier blog, j’ai installé Google Analytics et le tour était joué !

Bien sûr, à l’époque, nous n’avions pas autant d’options pour améliorer notre classement ou notre référencement, et il n’était pas guidé par un algorithme complexe comme c’est le cas actuellement.

C’est pourquoi j’ai rédigé ce guide pour vous. Il est si important de vous renseigner sur le référencement et l’indexation lors du démarrage d’un nouveau site Web, en particulier avec la concurrence.

Saviez-vous que plus de 6 millions de personnes bloguent sur leur propre site Web et que 12 millions de personnes utilisent leurs réseaux sociaux comme blog ? Si vous souhaitez être trouvé via une recherche organique, vous devez prêter une attention particulière à l’indexation de votre site Web et à la maîtrise du référencement.

Il est possible de classer à la première page et de «battre les gros», mais il faut beaucoup de travail et de recherche pour y arriver.

Le meilleur conseil que je puisse offrir ?

Continuez à apprendre et restez au top de l’actualité de l’industrie. Les choses changent si rapidement, surtout en ce qui concerne les moteurs de recherche.

Faites vos recherches sur le référencement et vérifiez une nouvelle technique suggérée avec votre propre recherche indépendante avant de l’essayer.

Assurez-vous également que vous mettez à jour votre site fréquemment, pas seulement avec du nouveau contenu, mais également les anciens articles. Cela oblige Google à revenir fréquemment pour explorer votre site et à rendre ces messages pertinents pour les nouveaux visiteurs.

Un dernier conseil – faites un plan !

Ecrivez votre plan de marketing de contenu, y compris comment vous allez surveiller votre indexation, vos analyses et comment vous allez mettre à jour les anciennes informations de votre site. Il n’aurait pas été possible pour moi de grandir aussi vite que je l’ai fait sans plan écrit.

 

Quelles tactiques d’exploration et d’indexation avez-vous essayées ? Quels ont été vos résultats ?

Laisser un commentaire

X